Katarina Martins: designer d’accessoires

Katarina Martins venait tout juste de terminer son diplôme en animation 3D à l’Université Concordia lorsque la crise sanitaire s’est déclarée, au printemps 2020. Les contrats n’étaient pas nombreux, mais elle s’est vite fait repérer par Colin Racicot du Studio Niloc grâce à ses jolis gribouillis d’allure rétro.

«Colin m’a trouvée via Instagram et s’est mis à m’écrire pour me proposer de travailler sur son film d’animation D’où viennent les lapins. Au départ, j’ignorais complètement ses demandes. Il voulait quelqu’un qui savait travailler en vectoriel, et ce n’était pas dans mes compétences, alors je ne lui répondais pas», raconte Katarina en riant.

Complètement sous le charme de son coup de crayon, qui ressemble étrangement au sien, d’ailleurs, Colin propose alors à Katarina de travailler sur les accessoires. «Il m’a montré ses sketchs et ceux de l’artiste-concept et j’ai vite compris ce qu’il recherchait. J’ai tout de suite accepté et j’ai su qu’on allait bien s’entendre!»

Quelques accessoires dessinés par Katarina tirés du film D’où viennent les lapins.

C’est quoi, un designer d’accessoires?

C’est la personne qui dessine les objets présents dans les arrière-plans (les passifs) et ceux qui sont utilisés par les personnages (actifs).

«Un designer d’accessoire doit être en mesure d’avoir son propre style, mais aussi de refléter celui du designer des arrière-plans. Le tout doit être cohérent», explique Katarina, qui ajoute que son propre style a beaucoup évolué au cours de ce projet qui pour elle a été très formateur.

Sur D’où viennent les lapins, certains accessoires lui ont pris une heure ou deux à dessiner, d’autres, des semaines.

Mon style, je le décrirais comme un peu vintage, un brin nostalgique, ludique.

Katarina Martins

«Les accessoires permettent de faire le pont entre les arrière-plans et les personnages. Ça permet aussi de donner des indices sur le statut socio-économique des personnages et de l’époque dans laquelle ils se trouvent.» Les accessoires peuvent sembler… accessoires! Mais au final, ils font partie intégrante de la trame narrative.

Katarina aime particulièrement repasser sur les arrière-plans et ajouter des petits détails ici et là. «Je suis une fée du détail», s’esclaffe-t-elle!

Un canne de carottes pour le film D’où viennent les lapins.

Pour être un bon designer d’accessoires, elle consent qu’il faut avoir un œil très aiguisé, un sens du détail raffiné et avoir de bonnes bases en animation. Ça aide de savoir comment les animateurs vont utiliser un accessoire, afin de le dessiner d’une façon la plus juste possible.

Le travail de Katarina n’est pas encore terminé sur le film, elle continue de répondre à certaines demandes et ajoutera des détails jusqu’à ce que l’animation soit complétée.

Entre-temps, la jeune artiste complète un deuxième diplôme, cette fois-ci en enseignement des arts, à temps partiel.

Suivez-la ici
Site web
Instagram